Patrick Martinenq representant de Marc Vuillemot et de La Seyne

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

 

La Seyne-sur-Mer Le maire Marc Vuillemot embauche Patrick Martinenq

Publié le lundi 16 février 2009 à 01H00

 

 
Le rendez-vous était pris avec Patrick Martinenq. Le conseiller général est arrivé avec Philippe Mignoni, adjoint à l'économie. Le couple, encore improbable il y a quelque mois, travaillera désormais ensemble.
Photo Éric Estrade

Frères ennemis au sein du parti socialiste. Adversaires lors des dernières échéances électorales. Et aujourd'hui « proches » collaborateurs au sein de la mairie. Le maire Marc Vuillemot a finalement décidé d'embaucher Patrick Martinenq. Pratiquement un an après les élections municipales. Presque douze mois après le rocambolesque désistement de l'entre-deux-tours. Et alors qu'il y a encore quelques semaines, le maire rejetait ouvertement cette possibilité.

 

« Ce n'est politiquement pas très moral... »

Ce revirement n'a pas manqué d'étonner l'ancien maire de la ville. « Quand la rumeur de cette embauche a commencé, j'ai posé la question publiquement à Marc Vuillemot : il a répondu en conseil municipal que ce n'était absolument pas envisagé. Je trouve cela malsain. Je n'en fais pas un problème de personne, mais de principe. Politiquement, ce n'est pas très moral. Si j'avais fait la même chose, on m'aurait sacrement épinglé », lance Arthur Paecht. « Patrick Martinenq a retiré sa liste au dernier moment entre les deux tours des municipales. Cela veut dire qu'il a dû négocier, ce n'est pas interdit, mais généralement quand on négocie, il s'agit d'accords politiques. Or, il s'est retiré purement et simplement sans contrepartie. Il est donc légitime de se demander si cette embauche ne serait pas une récompense... », interroge le septuagénaire.

 

« Faux !, rétorque l'intéressé. Si c'était une récompense, j'aurais été promu directeur général des services ou directeur de cabinet, or je reste directeur territorial. Je suis simplement détaché pendant un an du SDIS 13 (Service départemental d'incendie et de secours, Ndlr) », explique Patrick Martinenq avant de régler ses derniers comptes de campagne.

 

« Je ne souhaitais pas qu'Arthur soit réélu »

« La négociation était de toute manière impossible, car Marc avait déjà déposé sa liste mais surtout, je ne souhaitais pas qu'Arthur soit réélu. C'était pour moi impensable qu'il fasse un second mandat », assène le conseiller général, qui ne parle également plus de Marc Vuillemot comme il le faisait pendant l'entre-deux-tours.

 

Le maire, d'ailleurs, n'était pas disponible vendredi pour évoquer ce sujet. Il a fait donner son directeur de cabinet. Gilles Teisseire récuse également toute idée de récompense. « Patrick souhaitait pour des raisons personnelles se rapprocher de La Seyne. C'est un haut cadre territorial. Il sait de quoi il parle dans la conduite de projets. Il va nous donner un coup de main pour toute la partie économique. Sa technicité et ses compétences sont très intéressantes pour nous. C'est une opportunité pour la ville », juge le « dircab ».

 

La mission, encore un peu floue, de Patrick Martinenq sera « de se pencher sur le devenir économique de la ville et plus particulièrement le pôle mer », explique l'intéressé. « Les enjeux sont énormes. Notre secteur, l'entrée ouest de l'agglomération et La Seyne sont l'avenir de TPM. Tout le dispositif du pôle mer se trouve ici. Maintenant, il faut faire tomber les murailles entre les partenaires pour avancer », détaille le conseiller général.

 

Un premier mur est déjà tombé entre Patrick Martinenq et Marc Vuillemot.

 

(Olivier Marino, source var matin Publié le lundi 16 février 2009 à 01H00)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article