Vuillemot et Martinenq coulent la ville

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

Conseil Municipal du 16 mars 2011

Affiche

  • Délégation de Service Public « Port de plaisance »

Que de temps perdu !

Alors que nous avions passé tous les obstacles juridico – administratifs, trouvé un groupement d’entreprises pour aménager, construire et financer cet outil vital pour la ville, Marc Vuillemot et son équipe, toujours par idéologie, ont préféré défaire, puis refaire quasiment à l’identique une DSP, qui ressemble à s’y méprendre à l’ancienne.

Les raisons invoquées ne tiennent pas debout : se priver des grandes unités alors que nous possédons un port en eau profonde est une hérésie ! Réserver 25 % des anneaux à de petites unités, c’est de la démagogie !

 

Que d’argent perdu !

A l’identique de l’affaire des parkings, le contribuable va de nouveau être mis à l’épreuve du porte monnaie…


Comment pouvait-on imaginer en effet que le délégataire se laisserait tondre comme un mouton pour les beaux yeux du Maire Vuillemot et de son conseiller en affaires économiques Martinenq ?


3,2 millions, c’est ce que réclame le groupement d’entreprise qui s’est vu priver unilatéralement du bénéfice de son contrat.


Concrètement, pour les seynois, au moment où sans l’avouer les vraies difficultés budgétaires surgissent, cela va se traduire soit par une nouvelle augmentation d’impôts et de tarifs, soit par une diminution de la qualité des services rendus…

 

  • Débat d’Orientation Budgétaire de la ville

 

Le document soumis au Conseil Municipal est un tissu de contradictions et un écran de fumée pour éviter de gêner M. Martinenq, le candidat du Maire aux élections cantonales.


Les charges de gestion courante (compte 65) passeraient selon le document d’orientation de 15,9 millions (en 2010) à « pas plus » de 15 millions !

 

Qui trinque ?

 

Puisque dans le même temps sont annoncées des augmentations de subvention à la Caisse des Ecoles, au CCAS, et au SDIS ?


La réponse est limpide : le seul poste capable de générer des économies ce sont les subventions aux associations locales, qui doivent s’attendre à une année bien difficile…

 

Que dire du montant de l’emprunt envisagé ?


19,5 millions cette année ! Plus les 20 millions de l’an passé, cela fait près de 40 millions en deux ans… avec quelles réalisations en face ?


Dois je rappeler que je n’ai emprunté « que » 49 millions en sept ans ?

 

Et énumérer la liste de nos réalisations sous mon mandat ?

 

Démagogie et idéologie au détriment de la seyne, choisissez Martinenq aux cantonales et vous aurez de viles mots pour le prix d'un.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article