Quelques vérités sur la visite de F.Hollande à La Seyne sur Mer

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

NM-315565Quelques vérités sur la visite de F. Hollande

François Hollande, candidat aux élections présidentielles en Mai prochain était donc en visite dans notre ville ce mardi 24 janvier.


Quoi de plus normal que Marc Vuillemot l’accueille sur ses terres, en tant que Maire de la commune ?


Je note au passage le jugement positif de Mr Hollande sur le PRU de Berthe, qu’il pointe comme « exemplaire ».

 

Oui, Monsieur Hollande, comme maire de cette commune – certes d’une autre couleur politique - j’ai défendu ce projet pour le quartier et obtenu les crédits nécessaires de l’ANRU. M. Vuillemot ne fait qu’inaugurer tout ce que j’ai imaginé et mis en œuvre.


Oui M. Hollande ces initiatives de renouvellement urbain sont le fruit du travail de M. Borloo, alors Ministre d’un Gouvernement, ne vous en déplaise, libéral.


Ce que M. Vuillemot a par contre caché ou oublié de dire  à François Hollande, c’est qu’il a sabordé, à ma suite, un certain nombre de projets importants, avec au premier rang d’entre eux la création d’une Maison Médicale face au Centre hospitalier George Sand, ou le réaménagement de l’Espace Culturel Tisot.


Et le Maire de la Seyne a beau jeu de pleurnicher sur l’épaule du candidat socialiste que « les banques ne veulent plus lui prêter d’argent »…

 

En effet, aujourd’hui les banques prêtent aux collectivités lorsque deux conditions sont réunies : 1/ des ratios financiers sains et 2/ un projet politique qui génère de la confiance.


Si les ratios financiers ne sont pas bons (et c’est le cas depuis trente ans, mais l’histoire de notre ville l’explique), le projet politique actuel, s’il devait être noté par une agence, serait proche du triple zéro !!!!

 

Alors qu’il ne s’étonne pas de ne pas trouver face à lui des prêteurs compréhensifs…

Sur un autre sujet, mais toujours sur la visite de François Hollande, je déplore enfin l’utilisation par le Maire de ses outils de communication municipaux (et notamment le site internet de la ville), pour faire la promotion et la campagne de son favori.

 

Sans parler de la visite en Mairie du candidat PS, s’exprimant « devant les employés municipaux ».

 

C’est un dangereux mélange des genres.

 

Mais où va t’on ?

 

Je dénonce avec force cet embrigadement moral : c’est une nouvelle tentative d’imposition d’une pensée unique dans les services municipaux et c’est inacceptable. 

 

Que n’aurais je pas  moi même entendu si j’avais fait, en mon temps, la même chose ?


Que les élus fassent de la politique, que les agents mettent en œuvre les orientations données.

 

Chacun à sa place.

 

C’est ça aussi, Monsieur Vuillemot, défendre le service public.



Commenter cet article