Pour un gouvernement d’intelligence nationale

Publié le par ARTHUR PAECHT




ArthurPAECHTQue peut-on retenir de ces élections présidentielles pour notre circonscription ?


La première évidence est qu’il existe une majorité d’électeurs plutôt de droite, favorables au bilan de Nicolas Sarkozy, et ceci même à la Seyne, pourtant qualifiée de « première ville de gauche dans le Var ».


Cette affirmation est depuis dimanche 6 mai sérieusement remise en cause.

Deuxième constat : le fort taux du Front National. La poussée semble ici identique à celle constatée au niveau national, et il faudra compter sur une nouvelle mobilisation des électeurs frontiste lors des prochaines législatives.

Je persiste à croire que François Hollande n’est pas le Président de l’adhésion, mais un Président par défaut, le désamour des français avec Nicolas Sarkozy l’ayant emporté in extrémis sur la possibilité d’un second quinquennat avec le même homme.

Lors des prochaines élections législatives, les français devront donc se prononcer soit pour une aventure de cinq ans avec un président inexpérimenté et une équipe ministérielle éloignée depuis trop longtemps de la décision, soit pour un gouvernement  issu d’une droite modérée, républicaine, renouvelée, sérieuse et expérimentée.

 

Un gouvernement d’intelligence nationale. N’est ce pas la plus profonde attente des français ?

C’est la « couleur » de la prochaine Assemblée qui déterminera ce choix.

 

C’est la sensibilité des Députés majoritaires qui imposeront cette vision.

 

Il faut donc qu’aux élections législatives l’offre soit claire et que l’on laisse juge nos électeurs.

En me présentant aux suffrages des habitants de la Seyne, Six Fours, Saint Mandrier, Bandol et Sanary, villes que je connais si bien, je permets aux citoyens de ne pas choisir entre des partis politiques qui ne règlent plus rien depuis longtemps.

 

Je leur permets de choisir la voix d’un homme libre de ses positions et de ses propositions.

 

Je leur permets le choix de l’audace et de la sécurité : j’ai cette conviction qu’il faut dépasser les combats de partis pour ne garder que la qualité des hommes.

j’ai cette grande chance de posséder une grande expérience, de n’avoir agi dans toute ma carrière que dans l’intérêt général, et de disposer de tout mon temps : je le consacrerai à notre territoire et à ses habitants.

Tout simplement.

Commenter cet article