PAECHT un projet pour La Seyne-sur-Mer

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

projet port paecht

L'ancienne ville industrielle s'est engagée dans une profonde recomposition urbaine.


Près de vingt ans après la fermeture des chantiers navals de la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée, La Seyne-sur-Mer tourne la page avec une opération majeure de recomposition urbaine. Sur le site de 22 hectares qui s'allonge sur 1,5 km de front de mer au coeur de la rade de Toulon, il ne reste plus de trace des anciennes activités. Tout a été rasé au début des années 1990 et une immense zone d'entreprises créée à grand renfort d'argent public (près de 5,8 millions d'euros) n'a jamais reçu un seul client pendant des années.


Plusieurs projets avortés plus tard, le site offre aujourd'hui un nouveau visage.

 

Première étape, un parc « paysager marin » de 4 hectares doit être achevé d'ici à la fin 2006.

Plus loin, démarrent les aménagements publics du programme Portes Marines, un ensemble résidentiel de plus de 500 logements (50.000 m2 de plancher développé), prévu pour être livré en 2009 et confié aux groupes Constructa et Eiffage Immobilier.

 

La première tranche comprend 4 immeubles de 5 étages, avec 221 logements au total dont les prix s'échelonnent entre 2.600 et 3.600 euros le mètre carré. « Nous avons voulu une fourchette large pour permettre l'accès aux primo-accédants », note Marc Piétri, président de Constructa. Après deux mois de commercialisation, 35 % des 165 premiers logements ont été vendus. Les permis de construire pour la deuxième tranche de plus de 200 appartements seront bientôt déposés.


Rapprocher la rade de la ville
Construit face à l'ancienne porte des chantiers, ce programme s'intègre dans le projet d'aménagement, confiée par la municipalité au cabinet grenoblois Groupe 6-Urbanisme. « Pendant 150 ans, le développement des activités industrielles et maritimes a coupé la Seyne de la mer. Nous avons voulu rapprocher la ville de la rade et la rade de la ville », explique Alain Hennessy, directeur de ce cabinet.

Le parc urbain, poumon vert de la ville, se présente ainsi comme un lien entre les équipements programmés. Il sera flanqué d'un parking de 700 places et d'une esplanade d'exposition ouverte sur les quais, traités en promenade piétonnière.


Dans un deuxième temps, sont prévues les construction d'un centre de conférences et d'un pôle théâtral. A l'issue d'un concours, ces deux équipements seront confiés à la même équipe pour garantir leur cohérence architecturale. Enfin, la ville a engagé les procédures pour la construction d'un port de plaisance de 600 anneaux qui sera confié à un délégataire chargé de réaliser l'investissement de 23 millions. « Cela constituera un moteur économique exceptionnel pour la zone d'activité qui lui fera face, entièrement dédiée à la plaisance, et contribuera au potentiel touristique de la ville », lance le maire UMP, Arthur Paecht.


Le projet du cabinet d'urbanisme redessine la rue en bord de site qui, arborée et éclairée, deviendra la colonne vertébrale de la reconversion avec, d'un côté, les équipements publics sur le site des anciens chantiers et, de l'autre, la ville avec de nouvelles places, de nouveaux logements et des commerces. Investissement total : 180 millions dont 60 financés par la ville. « Après les années noires qui ont suivi la fermeture des chantiers, c'est une transformation complète de La Seyne que nous mettons en place », insiste l'élu.


L'ancienne ville industrielle, qui espère être bientôt classée cité balnéaire et pouvoir engager la réalisation d'un casino, mise désormais sur son site au bord de la Méditerranée. « Mais il faudra encore un peu de temps », reconnaît Marc Piétri qui a renoncé à lancer un appel d'offres international pour trouver l'opérateur d'un l'hôtel trois étoiles de 72 chambres qu'il doit construire sur le site pour une livraison avant 2009. Le projet a été confié à l'architecte Jean-Paul Viguier qui a dessiné un bâtiment original.

 

(Source :La Seyne-sur-Mer tourne la page des chantiers navals,Les Echos n° 19557 du 08 Decembre 2005 • page 33 BRIGITTE CHALLIOL)

Commenter cet article

jean berretta 21/06/2010 16:33


Chaque publication de monsieur PAECHT nous fait un peu plus regretter le gand Maire qu'il a été, et espérer ardemment son retour .