Marc Vuillemot : ne mélangez pas tout

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

 

 

NM-315565Si j’en crois le premier magistrat de la ville, Marc Vuillemot, suite à la lecture de son article paru sur son blog le 4 septembre 2011, il n’y aurait apparemment pas, selon lui, d’amalgame à faire entre les coups de feu tirés en ville sur la façade d’un immeuble et l’agression dont a été victime ma permanence située à quelques mètres à peine des impacts de balles.

 

Si l’enquête judiciaire de la police nationale détermine qu'il n’y a pas d’amalgame à faire, et c’est son rôle non celui du Maire , je pense tout de même, avec force conviction, qu'il existe un lien indéniable entre les nombreux actes de  petites et grandes  délinquances, des actes d'incivilités et la gestion anti-sécurité prônée par la municipalité.

 

La faute à qui ? La faute à quoi ? Pas à moi en tout cas mais bel et bien à l’équipe municipale actuelle.

 

Ceci est du à son incompétence à gérer la problématique de la sécurité, à ses nombreux actes manqués auprès d’un service de police municipale que j’ai pourtant structuré avec succès mais également au laxisme et à l’angélisme dogmatique dont fait preuve l’équipe de Mac Vuillemot depuis maintenant plus de trois ans.

 

Les évènements spectaculaires survenus la semaine dernière, place Perrin, ont fini d’alimenter une insécurité qui aujourd’hui n’a plus rien à voir avec un quelconque « sentiment », comme tente de nous le faire croire Marc Vuillemot mais à une triste réalité.

 

Ne mélangez pas tout Monsieur Le Maire car malheureusement les rues seynoises ressemblent aujourd’hui à des zones de non droit, et les seynois ont peur.

 

J’avais, durant mon mandat, affecté plus de trois millions et demi d’euros par an au service de la police municipale, afin de le renforcer en fonctionnaires diplômés, formés, et professionnels, j’y avais affecté des moyens techniques et matériels de tout premier ordre, tout cela dans le cadre des prérogatives légales du Maire et dans une parfaite coordination avec la police nationale. J'ai assumé cette charge de grande responsabilité, je n'ai jamais cherché de coupable.

 

J’ai laissé un bel outil de lutte contre la délinquance, une belle machine à prevenir les manquements au respect de autres à Marc Vuillemot, mais son équipe municipale en a fait une simple bicyclette. Exit la sécurité et la tranquillité.

 

Alors oui, cette bicyclette a été utile pour démontrer avec force et courage que l’on peut sauver les services publics et l’hôpital de la seyne, j’ai même adhéré à la démarche de Marc mais cette fois-ci je ne peux pas suivre la route tracée par ce dernier dans le domaine de l’inaction.

 

Car cette route nous amène tout droit au chaos, au désordre, et à l’anarchie, au détriment de la liberté d'aller et venir en toute quiétude.

 

Sans sécurité point de salut.

 

Laissez votre bicyclette de côté pour ce qui est de l'ordre de vos pouvoirs de police, maintenant il vous faut enfourcher et redemarrer la belle machine à trois millions et demi d'euros.

 

Si malgré mes recommandations vous n’utilisez toujours pas  votre police municipale, si vous ne souhaitez pas non plus utiliser vos pouvoirs de police, et puisque vous en appelez à l'Etat et à sa toute puissance régalienne mettez donc alors la ville sous tutelle de la préfecture et le cas échéant sous celle de Toulon Provence Méditerranée. Ils sauront quoi faire de tout cet argent.

 

Ne laissez plus s’envoler en fumée trois millions et demi d’euros par an, soyez le garant de la bonne gestion des deniers publics. Respect du dogme pour respect du dogme du "laisser faire" vous auriez pu faire plus de 10 millions d’euros d’économie sur la sécurité depuis le début de votre mandat.

 

Mais il est vrai Monsieur le maire que vous appliquez à la lettre les directives du parti socialiste et de son « Monsieur sécurité » le député Jean-jacques Urvoas qui préconisent le désarmement de la police municipale et le retrait de leur tenue.

 

Ne mélangez donc pas tout Monsieur le maire, la politique nationale doit rester de la politique nationale revenez au contact de la réalité et des seynois, faîtes donc votre travail de premier magistrat.

 

Lorsque je vois ce gâchis Il ne me tarde qu’une chose, que de véritables professionnels reviennent aux affaires et réglent cette situation. Je serai à côté d'eux si ils le souhaitent, j'ai du savoir faire dans ce domaine.

 

Arthur PAECHT

Ancien maire de La Seyne

Conseiller Municipal

Commenter cet article

COZE Guy 07/09/2011 00:43



Bravo!... j'adhère totalement à votre analyse sur le sujet évoqué.Je constate que l'air de ZIGLIARA où nous nous sommes rencontrés en juin n'a en rien affecté votre détermination.Continuez,je
vous y encourage.Salutations à vous.GUY