Les laissera t'on faire longtemps ?

Publié le par ARTHUR PAECHT


Deux ans après leur victoire aux élections municipales, l’heure de gloire de l’équipe Vuillemot est largement derrière elle. Il n’aura pas fallu attendre très longtemps pour que la déception prenne le pas sur l’espoir qu’ils avaient suscités, pour que les vieux démons d’une gauche aigrie, revancharde, cacophonique et unie seulement devant les appareils photos, ressurgissent, malheureusement au détriment de notre ville.

 

Ce n’est pas une équipe municipale positive (dans le sens de constructive) qui est aux affaires ! Et ce n’est pas une surprise quand on se souvient du ton de leur campagne électorale : ils étaient contre tout ce qui avait été fait (là, leur langage n’a pas varié !) mais sans propositions pour l’avenir. C’est une entreprise (publique, bien sûr) de démolition de la gestion passée, sans distinction du bon et du moins bon.

 

Aujourd’hui, quel horizon proposent ils ?

 

Un horizon de contradictions, où l’on ne veut pas d’une ville de « bronze culs » (sic) mais où l’on accepte les droits d’occupation des yachts des mêmes milliardaires que pourtant ils vomissent !

Un horizon de retour aux traditions ? ( où le retour des « puces » en centre ville est ainsi annoncé comme un signe fort là où il n’y a pourtant qu’un étalage de bric à brac souvent misérable, ruinant l’image d’un quartier pourtant en pleine mutation).

 

Ce sont les mêmes élus de gauche qui prônent une meilleure gestion des fonds publics et qui rendent inefficaces les millions d’euros déjà investis dans le projet de réhabilitation des Anciens Chantiers en balayant d’un revers de mains dédaigneux toute la cohérence de celui ci ! Il faudra aller expliquer au gérant de l’hôtel du parc comment remplir ses chambres sans centre de conférence ni pôle théâtral.

 

Ce sont les mêmes élus de gauche qui appellent de leurs vœux la création d’un casino, établissement de jeux pourtant symbole d’un modèle libéral qu’ils exècrent ! Les élus communistes auraient ils tant changé pour accepter cet affront ?

 

Ce sont les mêmes élus de gauche qui défendent le sacro saint service public et qui mettent au placard (ou font partir) des cadres expérimentés et professionnels, pour mieux recruter leurs « amis » !

 

Ces méthodes sont d’un autre âge, mais sont le reflet d’un état d’esprit destructeur. Dénigrons, détruisons, critiquons la gestion passée, il en restera bien quelque chose.

Mais ce dardarisme idéologique finira - et ce temps n’est peut être pas si loin - par butter sur la réalité :

  • Celle des chiffres d’abord, celle des grands équilibres budgétaires, que la gauche a bien du mal à maîtriser, souvent pas manque de sagesse.

  • Celle d’une administration méprisée, suspectée au point que les élus installent leurs bureaux au cœur des services pour mieux les contrôler, et distribuer bons et mauvais points, mais incapables de donner des orientations, puis de faire confiance en leur mise en œuvre. Le climat social se dégrade, la motivation se vide et les placards se remplissent

  • Celle enfin d’une population qui commence à gronder devant les containers débordants, les chantiers inachevés (le parking des Esplageolles), les centres de loisirs municipaux aux capacités d’accueil en peaux de chagrin etc etc …

 

Et ce ne sont pas les parodies de conseils de quartiers et de démocratie de proximité qui calmeront le jeu : toute proposition d’un administré qui en émanera sera mort née faute de budget, créant autant de frustrations et de mécontentements.

 

Ce n’est pas en changeant le logo d’une ville (dépense au passage, ô combien inutile) que l’on en change la destinée.

 

C’est avec un projet, du courage politique, de la volonté, du charisme et de la compétence. Ces ingrédients manquent cruellement à cet attelage baroque qu’est la majorité socialo-écolo-radico-occitano-communiste !

Vuillemot voulait remettre la Seyne dans le bon sens. C'est certainement une impasse qu'il a prise.

Commenter cet article