Le presqu'îlien de presque rien

Publié le par ARTHUR PAECHT

fable de la fontaine - illustration grandville - les deux t

 

 "Un presqu'îlien de presque rien vit une ville voisine
Qui lui sembla de belle taille pour en prendre la charge.
Lui, qui n'était pas fait pour un costume aussi large
Avait pourtant de la salive plein les babines.

Envieux, s'étend, et s'enfle, et se prépare
pour laminer qui vous savez en lui assénant divers coups de poignard
Disant: "Regardez-bien, mon frère six-fournais
Est-ce assez ? dites-moi, n'y suis-je point mon bel allié ?

- Nenni mon jeune ami, attaquez, attaquez encore
- Vous n'en approchez point , il ne doit rien en rester de notre illustre ainé.
Le presqu'îlien de presque rien s'entetat encore et encore,
Et s'enfla si bien, qu'il en fini de jalousie , par exploser.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages
Tout premier venu veut prendre gage sans grand honneur
Tout petit à des rêves de grandeur, et se prend pour un roi mage
Prenez garde chers amis, car au suffrage il faut passer quand sonne l'heure."

 

 

Je tiens à remercier Jean de la Fontaine ( si le message peut-lui être transmis!!!!) qui de part  une poésie toujours d'actualité , "la grenouille qui veut se faire aussi gros que le boeuf", m'a permis de m'adonner à l'exercice de nos illustres pamphlétaires.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joëlle Pardini Bres 14/09/2011 00:18



Monsieur Le Maire,Heureusement que vous savez manier l'humour avec ces arrivistes ignobles avec vous alors que vous leur accordiez toute votre confiance politique et personnelle.Vialatte comme
Vincent correspondent vraiment à cette grenouille qui veut se faire aussi gros que le boeuf



ARTHUR PAECHT 14/09/2011 13:17



Merci