Gilles Vincent je vous souhaite mes meilleurs vieux

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

NM-315565Gilles Vincent , vous le savez maintenant a eu des mots très durs et très blessants à mon encontre. Bien que je ne sois pas un enfant de cœur j’ai vécu cette situation comme une atteinte à toutes les personnes qui prennent de l’âge tout comme moi, tout comme chacun d’entre nous, et cela concours au cycle de la vie.

 

Je vous en rappelle les principaux car ils viendront étayer mon discours :

Extraits : « ancien par l’âge », « ancien pour ses idées rétrogrades », « n’a eu de cesse d’évincer les membres féminins de sa liste », « de faire taire celui ou celles qui osaient de pas être d’accord avec lui ou certains membres de sa famille » ???, « aigri », «  aveuglé par la haine », « sanctionné aux dernières cantonales[……] quelle dégringolade », «  pour se venger », «  ne proférer que des propos vengeurs et haineux » …….. 

Gilles Vincent, en tout connaissance de cause, a choisi très précisément un vocabulaire basique sur les idées reçues concernant les personnes âgées : afin de me mettre hors jeu :

Ancien par l’âge ; je lui souhaite d’arriver à mon âge avec la force physique et intellectuelle qui sont les miennes aujourd’hui. Vous voyez je ne suis pas méchant je lui souhaite longue vie.

Les trois Ministres successifs de la Défense, Messieurs Morin, Juppé et Longuet ne se sont pas plaints d’un quelconque « gagatisme ». Il est vrai que je prends de l’âge, je ne m’en étais pas aperçu et apparemment eux non plus.

Ancien pour ses idées rétrogrades : Est-ce être rétrograde que de vouloir toujours avancer et d’avoir des projets pleins la tête. Développez votre jugement Gilles Vincent ou alors taisez-vous.

Aigri : Certainement pas ! Contrairement à vous je peux me permettre le luxe de pouvoir dire tout haut ce que pensent tout bas beaucoup de jeunes et moins jeunes et en particulier de la trahison Vincent-Joyan-Torres-Cyrulnik qui ont fait perdre à la droite la deuxième ville du var. Ce n'est pas être aigri que de constater la vérité.

Quelle dégringolade : Je n’ai jamais eu la prétention de croire que tout était acquis, il faut toujours remettre l’ouvrage sur le métier. J’ai eu, avec mes amis, des belles soirées de campagne et d’autres moins illustres, plus rares d'ailleurs.

Je ne garde de tout cela que l'expérience que j'ai acquise et que je vais encore et encore mettre à profit pour l’avenir. C’est à la fin du spectacle que l’on paye les artistes et le spectacle est loin d’être terminé.

Haineux : Non, surtout pas pour des joutes politiques, nos vies personnelles ne sont que trop jalonnées d’histoires terribles pour mettre de la haine où il n’y a pas lieu d’en mettre. La politique n’est pas la guerre Monsieur Vincent !

Finalement cet homme politique, au mauvais sens du terme, démontre clairement qu’il dénigre la vieillesse. En me dénigrant socialement c’est tous nos aînés qu’il blesse.

En voulant éliminer les anciens c’est tout un pan de notre histoire qu’il entend effacer.

Gilles Vincent oublie bien facilement, dans ses propos discriminatoires, que l’aîné est avant tout un citoyen et qu’à ce titre il peut et surtout il doit participer à la vie de la société. Les aînés ont bien sur non seulement le droit de voter, mais aussi la liberté d’expression. Il est normal qu'ils se fassent entendre et qu'ils expriment leurs choix de société sur la base de l'expérience de la vie et ils n'ont pas la prétention de ceux qui n'ont encore rien prouvé.

Gilles Vincent semble vouloir renforcer le phénomène de rejet qui distille chez le citoyen, chez l’électeur dans ce cas plus précis, le sentiment d’inutilité sociale des aînés.

Gilles Vincent fait de la ségrégation sociale à l’encontre des anciens, des âgés, des vieux, des vieillards, des aînés tout simplement.

Gilles Vincent souhaite que je quitte la vie publique, la vie politique, que je prenne ma retraite, mais cela est déjà fait puisque je suis médecin en retraite et que la politique n'a jamais été mon métier. Que veut-il de plus que je coupe tout lien avec la société ?

J’ai quelques petites rides et alors ? Ce n'est que la preuve de ma sagesse ; je suis plus lent qu’à l’époque glorieuse de ma jeunesse où je pratiquais le cadrage-débordement au rugby ( il n'y a pas si longtemps que ça)? Effectivement, mais j’ai aujourd’hui plus le temps d’observer et de réfléchir.

Je ne refuse pas de prendre de l’âge, Gilles Vincent, je refuse seulement que l’on m’impose le rythme de ma vie, et vous ne serez pas celui qui y réussira.

Je vais continuer à occuper une place aussi importante que possible dans la vie publique et politique, j’ai toujours la gniaque et vous vous en apercevrez rapidement. je suis entouré de jeunes et de moins jeunes et de certains aînés. Je peux encore administrer quelques conseils, je peux tenir mon rôle d’initiateur et de conseiller.

J’ai quelques idées pour faire évoluer les mentalités sur les aînés.

je vais vous en faire profiter Gilles Vincent.

Mes meilleurs vieux.

PS : »On commence à vieillir quand on cesse d'apprendre, tachez de nous démontrer que vous n'êtes pas encore vieux »



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent 15/09/2011 10:18



Que les attaques du maire de Saint-Mandrier sont basses et peu flatteuses pour son électorat. Plutôt que de vous définir par votre âge ou votre ancienneté, nous aimerions tant qu'il se définisse
lui même par ses actions dans la circonscription qu'il a arraché avec l'aide de la gauche (institut Pacha, état de la corniche, saleté croissante de sa ville, PLU invalidé etc...). Comme le
chantait Sheila (une autre vieille !) "non, non rien n'a changé" et surtout pas ce qu'il vous reprochait en tant que conseiller général.


Pour ce qui est de votre dégringolade, c'est l'histoire du coq qui voit l'aigle se poser dans la basse-cour. Il n'a même pas idée des merveilles qu'a vu l'aigle en volant si haut mais, au niveau
du sol, il se sent fier de ses petites cuisses musclées et glousse à tue-tête aux poules qui l'admirent.


Monsieur Vincent nous rappelle l'adage voulant que « la valeur n'attend pas le nombre des années », et nous apprend désormais que l'inconsistance non plus ! Il ne suffit pas de traiter l'autre de
vieux ou d'idiot pour être soit même dynamique et intelligent.