Françoise Pouchko: Sanctionnons -les !

Publié le par ARTHUR PAECHT

Francoise Pouchko-Louat

 

ARTHUR PAECHT

FRANCOISE POUCHKO

 

LE RETOUR DE L'EXPERIENCE

 

Pendant toute la durée de son mandat, Arthur Paecht a baissé les impôts locaux, tout en réalisant des équipements nécessaires pour la ville, et notamment dans le secteur scolaire.


Souvenez-vous:

Livraison des écoles  Brassens, Jaurès,  Zay et de l'école Relais  Derrida.

Réhabilitation des écoles Martini, Rousseau, Sémard, Malraux-Giono.

Lancement de la construction d'une Cuisine Centrale pour la restauration scolaire.

 

Marc Vuillemot, son équipe, et son complice Patrick Martinenq, quant à eux ils augmentent vos impôts et augmentent les tarifs de la restauration Scolaire !

 

Alors que font-ils de plus ? Qu'en est-il de la réhabilitation de l'école Eugènie Cotton ? De l'école Jules Verne ?


Rien, ils ne font rien , si ce n'est qu'aujourd'hui vous payez plus pour avoir moins.

 

Arthur Paecht et moi-même nous avons crée, pour vous, pour des centaines de familles Seynoises, les centres de loisirs Permanents de proximité ( CLPP) , dotés d'un système de garderie ouvert dés 7h30 et après 16h30 pour les parents qui travaillent.

 

Arthur Paecht et moi-même nous avons renforcé, pour vous, pour des centaines de famille Seynoise, le nombre et la quantité des places d'accueil en centres aérés.

 

Marc Vuillemot, son équipe, et son complice Patrick Martinenq, eux que font-ils à part donner à deux associations les centres de loisirs Jean Zay , ce qui est hors la loi, et de fermer Le Centre de la Dominante.


Symbole de l'éducation citoyenne ce Centre profitait à des centaines d'enfants Seynois, les animateurs éveillaient ces petits esprits à la protection de l'environnement, à la science.


Que va-t-il rester demain ?

Rien, il ne restera rien  , si ce n'est la dure pilule des impôts et des taxes à digérer et tout ceci dans une ville à l'abandon.

 

MAINTENANT? CELA SUFFIT ! SANCTIONNONS-LES !

SOUTENONS

ARTHUR PAECHT, VOTRE FUTUR CONSEILLER GENERAL

 

 

 

Commenter cet article