Construisons ensemble notre avenir !

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

Arthur PAECHT

Françoise POUCHKO

Le retour de l’expérience

 

Candidats indépendants aux élections cantonales de mars 2011

 

C’est sans le soutien d’aucun parti politiqueque je me présente à vos suffrages. J’en ai décidé ainsi. C’est donc en toute liberté de parole que je vais mettre à nouveau mon énergie au service des seynoises et des seynois.

 

Pourquoi me présenter ?

Parce que je pense que l’heure est grave, et nous sommes de plus en plus nombreux à partager ce constat. L’épisode douloureux de l’augmentation de la Taxe d’Habitation, profondément injuste et anti sociale, n’est qu’une facette de la gestion désastreuse de cette équipe municipale. Cette coalition socialo - communiste fait courir la Ville à sa perte, alors que nous avions posé les fondements du renouveau. Pourtant, nous étions prévenus : la plupart de ceux qui se retrouvent aujourd’hui à la tête de la Mairie avaient déjà sévi sous Maurice Paul, rendant exsangue notre Seyne. Les mêmes causes conduisent toujours aux mêmes effets.  

 

Et ne vous y trompez pas : Patrick Martinenq, candidat du PS est le candidat de Marc Vuillemot.

 

photo-121997

 

Martinenq et Vuillemot, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.  

 

Qu’a fait Mr Martinenq de ses six ans de mandat en tant que conseiller général ? Rien. 

Parce que cette élection n’a quasiment aucun enjeu(la majorité départementale est suffisamment large pour ne pas être inquiétée), ce scrutin doit servir de sanction aux locataires de la Mairie.

 

Nous devons leur adresser un avertissement, un sévère carton jaune et montrer notre mécontentement. Hausse des impôts, hausse des tarifs (cantine), saleté des rues de la ville, insécurité, absence de la police municipale, panne des projets…

 

Parce qu’il faut préparer l’avenir: je connais mon âge et je l’assume.

 

Je sais également que je ne serai pas candidat aux Municipales de 2014.

 

Mais il me reste une mission à accomplir: fédérer une nouvelle équipe, large, motivée, rajeunie, et assurer une nécessaire alternance.

 

Alors que d’autres maires, en leurs temps, démissionnaient après une défaite, je suis resté conseiller municipal d’opposition pour défendre mon bilan et donner mon point de vue sur l’action de mes successeurs.

 

Comme conseiller général, je souhaite redonner de l’espoir aux déçus d’une gauche incompétente et revancharde, et de l’élan pour notre ville qui ne se trouve pas de leader.

 

CONSTRUISONS ENSEMBLE NOTRE AVENIR !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article