Cantonales 2011 : ça s’agite à gauche

Publié le par ARTHUR PAECHT



Paecht

 

Les élections cantonales de Mars 2011 approchent à grand pas.

 

Pour notre commune, deux conseillers généraux siègent à l’Assemblée Départementale ; c’est le siège du canton nord qui est cette fois renouvelable, siège qui n’a que rarement accueilli l’arrière train de Monsieur Patrick Martinenq, tant sa présence a été discrète depuis son élection.

Petit retour en arrière :
Elections municipales de 2008, nous restons à trois listes qualifiées pour le second tour : la liste Vuillemot, Martinenq et Paecht. Et coup de théâtre de l’entre deux tours, Patrick Martinenq se retire au dernier moment, pour créer une « dynamique à gauche » et faire gagner son « ami » Marc Vuillemot.

 

Ce qui fut dit fut fait.

 

Marc Vuillemot est Maire de la Seyne.

 

En fait, il s’agissait plus de me faire perdre que de faire gagner Vuillemot. Les deux hommes ne s’appréciant guère comme chacun le sait.

Mais quelle est alors  la nature du troc qui aura incité le conseiller général sortant à se désister pour celui qui est en réalité son meilleur ennemi ? Officiellement,  on lui promet qu’il n’aura pas d’adversaire à gauche aux prochaines cantonales.

 

Quelques mois plus tard, Martinenq trouve un poste en Mairie (quelqu’un sait il où se trouve son bureau ? Sur quels dossiers il travaille ?) au  grade de Directeur, soi disant pour plancher sur les problématiques du Pôle Mer. Je rappelle pour information que l’économie, et en particulier le Pôle Mer,  sont de la compétence de TPM.

Les promesses d’hier ne sont pas la réalité d’aujourd’hui : les candidats à la candidature se bousculent à gauche : Philippe Mignoni, communiste et brillant expert en économie et commerce local, Rachid Maziane, l’homme qui a lui seul a changé la physionomie du quartier Berthe, Christian Bianchi, Adjoint de Quartier, pilier du comptoir citoyen,  mais aussi fonctionnaire du Conseil Général (il devra choisir s’il est élu entre son mandat et son travail) mais aussi Khalid El Garti (il s’en est ouvert sur Facebook) et peut être d’autres encore….

 

A tel point que Marc Vuillemot, conscient que l’accord électoral pourrait bien être rompu, appelle au calme sur son blog, vantant même les mérites de la gauche varoise « qui n’a pas démérité ».


C’est vrai qu’en ne siégeant ni aux assemblées départementales, ni aux commissions, ni aux conseils d’administration des collèges, en ne ramenant aucun crédit ni subvention pour son canton, on ne prend aucun risque de voir son bilan critiqué.

 

Le bilan de Martinenq n’est pas critiquable, il est simplement inexistant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article