C. Sampéré : « Je ne veux pas servir de faire-valoir » à La Seyne

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

revue presseDepuis deux mois, l'adjointe PCF Christine Sampéré est une élue à part. Privée de sa délégation aux affaires scolaires, après s'être abstenue lors du vote du budget 2011 en février dernier, elle a conservé son titre d'adjointe. Une coquille vide. Cette fracture entre le maire (1) et l'une de ses adjointes laissera des traces sur le plan politique. Entretien.

Avez-vous eu l'occasion de reparler avec le maire de votre situation ?

Non. C'est difficile de le voir seul.

Comment menez-vous votre rôle d'élue sans délégation ?

J'ai perdu la vice-présidence de la Caisse des écoles, mais je suis toujours membre du comité directeur. Je continue d'être une élue du peuple, même si je ne représente plus le maire au travers d'actes administratifs. Je reste en lien avec la population et j'essaie de porter la parole des gens. C'est un engagement que j'ai pris, je le mènerai jusqu'au bout du mandat, même si c'est difficile.

Sur quels soutiens pouvez-vous compter au sein de la majorité ?

Christian Bianchi, Christian Barlo, Joseph Pentagrossa me soutiennent, peut-être Jean-Jacques Taurines aussi.

Vous considérez-vous comme une opposante au maire ?

Non. Je suis de gauche, je n'irai pas dans l'opposition. Mais en tant qu'élue communiste, je ne veux pas servir de faire-valoir.

Êtes-vous toujours invitée aux réunions de la majorité ?

Il y en a eu une avant le conseil municipal (du 8 juin, Ndlr), je n'ai pas été invitée. Par contre, on m'a prévenue de la prochaine réunion de la majorité, prévue le 20 juin. J'ai aussi appris par hasard que l'assemblée générale de la Caisse des écoles que je demandais depuis longtemps aurait lieu le 22 juin. J'invite d'ailleurs tous les adhérents à y participer pour faire entendre leur voix. En fait, il n'y a pas de grande différence par rapport à avant (quand elle avait sa délégation, Ndlr). Il n'y a pas de travail en commun. C'est ce qui m'a amenée à m'abstenir sur le budget : je n'avais pas les éléments, et il n'y a pas eu de réelles discussions. Pour la Caisse des écoles, le choix (pour réduire le temps d'accueil dans les centres aérés et en périscolaire, Ndlr) a été fait sans concertation avec les usagers, c'est-à-dire sans les parents et les enfants. Il n'est pas concevable pour un élu communiste d'accepter de gérer un service de l'enfance comme ça.

Le maire n'a pas redistribué la délégation des affaires scolaires. Qu'en pensez-vous ?

Lors du dernier conseil, le maire a dit qu'il s'en occupait directement, et que cela ne posait aucun problème. Mais il cumule plusieurs mandats, il ne peut pas être très disponible pour suivre les affaires scolaires. Cela pose problème, car cela veut dire que la délégation disparaît purement et simplement. Politiquement, cela signifie que ce n'est plus une priorité de la municipalité.

Marc Vuillemot a dit, lors de ce même conseil, que si vous votiez le budget 2012 et que le groupe PCF était d'accord, vous pourriez retrouver votre délégation...

D'abord, le groupe communiste s'était réuni après qu'on m'ait retiré ma délégation et avait majoritairement voté pour que je la récupère. Quant au budget 2012, je le voterai s'il y a une évolution par rapport au budget 2011 et si les points que j'ai soulevés sont pris en compte. Mais c'est plutôt mal parti...

Êtes-vous déçue par la politique menée par Marc Vuillemot ?

Ah oui ! Surtout sur les décisions qu'il prend à TPM (Toulon-Provence-Méditerranée). Le maire travaille presque main dans la main avec Hubert Falco (le président de TPM et maire de Toulon, Ndlr). Le projet de grande plaisance, celui du casino, ce sont les projets de Falco ! Et Marc Vuillemot a voté l'augmentation de la part TPM de la taxe d'habitation, alors que les Seynois sont déjà étranglés par les impôts ! Même sur le tramway, le maire ne joue pas son rôle d'opposant à TPM (2). Certains disent qu'il y a des accords en coulisses. Ca n'est pas ma manière de faire de la politique.

 

1. Marc Vuillemot n'a pas souhaité réagir aux propos de Christine Sampéré.

2. Marc Vuillemot ne s'oppose pas au BHNS (Bus à haut niveau de service) voulu par Hubert Falco. A plusieurs reprises, le maire de La Seyne a précisé que pour lui, peu importe qu'il soit sur pneus ou sur rail, pourvu qu'il y ait un transport en commun en site propre réalisé le plus rapidement possible.

(source varmatin du Publié le lundi 13 juin 2011,Marielle Valmalette)

Publié dans L'ACTU SEYNOISE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article