Attention ! Un accident peut toujours arriver !

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

NM-315565Attention ! Un accident peut toujours arriver !

 

 

La campagne électorale est maintenant sur les rails et comme presque toujours chez nous une campagne en vue d’une élection présidentielle occulte les problèmes de politique extérieure au profit de la politique interne nationale et maintenant européenne, crise oblige !

 

Et pourtant notre environnement est très inquiétant voir dangereux. Le problème posé par la possible possession par l’Iran d’un armement nucléaire inquiète le monde entier même si pour l’instant les Iraniens ne semblent pas avoir la capacité d’enrichissement de l’uranium suffisante pour faire une bombe !

 

Ces inquiétudes que la France partage conduisent à décréter des mesures coercitives à l’encontre de l’Iran telles qu’une sorte de blocus de ce pays et de restriction et même d’interdiction des importations de pétrole qui représentent 75% des ressources iraniennes.

 

Pour crédibiliser ce blocus des bruits de bottes commencent à se faire entendre car le blocus n’est possible que si on peut maitriser l’étroit Golfe d’Ormuz dont, si on respecte le droit maritime international, on ne peut interdire le passage sauf à commettre un acte d’agression et de guerre ! La flotte américaine se met en mouvement et se prépositionne, les Etats-Unis ont décidé d’envoyer 9000 hommes en Israël, cible privilégiée des intentions belliqueuses iraniennes, heureusement verbales pour l’instant.

 

D’escalade en escalade, de gesticulation en gesticulation, tout est possible et tout peut arriver. Bien sûr on peut et on doit espérer que la raison s’imposera et que ce jeu dangereux et mortifère sera calmé. Mais l’Histoire est là pour nous rappeler qu'à partir d’un certain degré de crise l’irrationnel peut prendre le dessus et échapper au contrôle des responsables politiques.

 

Sans vouloir jouer à l’oiseau de mauvaise augure je ressens un intense sentiment de malaise et tous nos candidats à l’élection présidentielle et aux élections législatives qui suivront ont le devoir d’informer leurs électeurs potentiels de la dangerosité de notre environnement extérieur qui s’ajoute bien sûr à la crise économique et monétaire et en constitue un facteur aggravant !

 

Ce qui est certain c’est qu’après l’Irak, l’Afrique Noire, l’Afghanistan, le « printemps arabe «  et ses conséquences paradoxales comme en Lybie ou en Syrie, on ne peut que constater la dangereuse instabilité géopolitique qui nous concerne directement. Elle justifie d’être prise en compte par nos candidats qui doivent nous faire connaître leurs positions et leurs intentions. Veillons à ne pas nous laisser endormir pour ne pas avoir, comme souvent dans le passé, un réveil terriblement douloureux.

 

 

Arthur Paecht.

Ancien Vice président de l’Assemblée Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article