Arthur Paecht: MALAISE AU CONSEIL MUNICIPAL

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

 

2009-11-16T162853Z 01 APAE5AF19S800 RTROPTP 2 OFRTP-FRANCE-

 

MALAISE AU CONSEIL MUNICIPAL 
 
 

A  la fin du Conseil Municipal du 6 Août 2010 et à propos d’une banale délibération concernant un marché public, Monsieur Fatih Bousbih, conseiller municipal a interpellé Monsieur le Maire ; 

« Monsieur le Maire, nous avons été destinataires d’une lettre émanant d’un élu de votre majorité, membre titulaire de la commission d’appel d’offres, nous informant de sa démission de la dite commission. Il indique que cette lettre a été comme il se doit notifiée à Monsieur le Maire et l’élu soutient qu’il démissionnait car il ne pouvait plus couvrir les irrégularités très graves qu’il avait relevées dans le fonctionnement de cette instance capitale. » 
 

Monsieur le Maire a dans un premier temps répliqué qu’il n’était au courant de rien, puis donnant la parole au Directeur des Services celui-ci, manifestement surpris, n’a pas répondu à une question qui d’ailleurs ne lui a pas été posée. Il a simplement indiqué qu’en l’état de ses informations il ne pouvait que constater que sur le plan « juridique » tout semblait parfaitement clair. Apparemment lui non plus n’a pu confirmer au Conseil Municipal la démission de l’élu membre titulaire de la Commission d’Appel d’Offres. 
 

Monsieur Bousbih a alors voulu reprendre la parole et reformuler la question et Monsieur le Maire a couvert sa voix en disant je » vous réponds «  alors que la question n’était toujours pas posée. Nous avons seulement compris que Monsieur Bousbih rappelait au Maire que non seulement le Maire fût aussi destinataire du courrier ainsi que Monsieur le Préfet et qu’il ne pouvait donc pas affirmer qu’il n’en savait rien. Devant une assistance médusée le Maire s’est empressé de clore brutalement le débat en disant « je vous répondrai la prochaine fois » Un peu court, non ? 
 

Dans un premier temps après la réception de cette lettre dont je fus aussi destinataire je n’ai pas réagi estimant qu’il s’agissait d’une affaire interne à la majorité de Monsieur Vuillemot et que celui-ci, après avoir vérifié les dires de son adjoint  nous informerait dans un souci de transparence, qui est sans aucun doute le sien, de la réalité ou non de cette démission et de ses causes.  
 

Sans vouloir d’aucune manière me transformer en investigateur et sortir de mon rôle, j’ai quand même voulu en avoir le cœur net et j’ai moi-même interrogé le démissionnaire qui m’a confirmé non seulement l’envoi de sa lettre de démission à Monsieur le Maire et à Monsieur le Préfet mais aussi qu’il a rencontré Monsieur le Maire personnellement plusieurs fois pour attirer son attention sur les dysfonctionnements constatés.  
 

Dans ces conditions le Maire que nous estimons tous et dont nous savons qu’il s’agit d’un parfait honnête homme, doit au plus vite crever l’abcès et abandonner cette position de l’ignorance laquelle, sauf mensonge éhonté du démissionnaire pourtant connu comme franc, direct et fiable depuis de longues années, n’est pas tenable et nous dire non seulement la vérité mais aussi en tirer toutes les conséquences 
 

Un mot encore pour dire que nous avons la chance d’avoir à la tête du Service des Marches de la Mairie une fonctionnaire particulièrement compétente qui fait autorité en la matière et qui peut sans aucun doute vérifier les graves accusations de l’élu démissionnaire et permettre au Maire d’y voir clair.

 

Au moment où j’écris ces quelques lignes c’est sans doute chose faite et n’attendez pas Cher Marc le prochain Conseil Municipal pour vous exprimer.

. 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article