Arthur Paecht: Les communistes ont-ils des valeurs ?

Publié le par ARTHUR PAECHT

revue presseIndiscrétions de la rédaction

 


La Seyne


L'indulgence du premier magistrat


« Le projet global n'est pas visible, il n'est pas lisible ».


La petite phrase lancée à Marc Vuillemot, lors du débat sur la délégation de service public du casino, ne vient pas de l'opposition, mais de son propre camp.


Plus précisément de son adjointe aux affaires scolaires, Christine Sampéré, soutenue par son camarade élu Christian Barlo et par la fédération départementale du PC. Pas par le groupe des élus communistes seynois, Philippe Mignoni en tête.


Cette phrase aurait fait bondir de colère nombre de maires.


Marc Vuillemot a choisi de ne pas relever, se réjouissant même que « chacun ait le courage d'exprimer ses positions dans un système, où souvent tout est codifié ».


Le maire reste « persuadé que [les] divergences [des élus communistes] ne sont pas de nature à mettre en péril notre groupe ».


La section ouest-varoise du PCF en rajoute

Au lendemain de ce vote seynois, Jean-Pierre Meyer, secrétaire de la section ouest-varoise du PCF, s'interrogeait : « A la fermeture des chantiers, on était nombreux à hurler : "La Seyne n'a pas vocation à devenir le bronze-cul de l'Europe !". Aujourd'hui, on voit des croisières, des yachts, et bientôt un casino, alors que la municipalité est en partie communiste. La société aujourd'hui est orientée vers l'argent facile ; il ne faudrait pas que les municipalités, surtout celles de gauche, suivent le même chemin...»


(Source Var Matin, Les indiscrétions de la rédaction,Publié le mardi 10 août 2010 à 00H00  )

 

 

à vous de jugerLes Communistes ont-ils des valeurs ?


Contrairement au projet politique de la nouvelle municipalité, la différence globale entre l'équipe du Maire et l'équipe des communistes est largement visible et lisible.

 

« Sans vouloir nous propulser en donneurs de leçons, il convient de souligner quelques règles. Lorsque l’on s’engage dans une liste municipale, il s’agit d’un engagement à l’égard de tous les colistiers.


Si, au cours du mandat, une fois élu (e) dans la majorité ou la minorité, l’on se trouve en désaccord avec la majorité de la liste sur laquelle on a été élu (e), et bien c’est automatiquement la démission du conseil ».


"Ce n’est pas moi qui le dit, mais le groupe de la Gauche Unie, dans son encart d’expression de la minorité, en octobre 2007, dans « Fenêtre sur Seyne » ancien journal municipal rebaptisé depuis."

 

Cette dernière phrase je l'ai déjà utilisé en mai 2010, lors de la démission de la jeune élue communiste Cécile Muschotti.

 

Certainement en désaccord avec la nouvelle donne politique de "La gauche" elle a démissionné afin de ne pas galvauder ses valeurs.

 

Un tel acte est signe de courage personnel et de courage politique, elle n'a pas fait de grand discours , elle a agi.

 

Mais, pour certains,  des paroles aux actes il y a souvent un gouffre.

 

Et de l'intérêt personnel à l'intérêt collectif aussi.


Aussi, les communistes afin de défendre leurs valeurs oseront-ils par courage personnel et courage politique franchir le Rubicon ?





Commenter cet article