« Ah non c’est un peu court, jeune homme, on pouvait dire ô bien des choses en somme… »

Publié le par ARTHUR PAECHT

105 4413

« Ah non c’est un peu court, jeune homme, on pouvait dire ô bien des choses en somme… »
7 pages (dont une page de garde). C’est tout. 

Elus de la majorité et de l’opposition n’auront que cela à se mettre sous la dent pour pouvoir débattre des orientations prises par  la Ville, ce jeudi 29 mars.

En langage jeune, on appelle cela du « foutage de gueule » !

Car à bien y regarder, au fil de ces 6 pages de textes, on n’apprend rien des intentions de la municipalité.

On reste vague dans les objectifs :

«maintenir à un haut niveau de qualité les prestations proposées aux seynois » sic ! 

On parle sûrement ici de la propreté incontestable de la ville, de la suppression d’une tournée d’ordures ménagères, de la réduction du nombre de places en accueil de loisirs, de la présence active et rassurante de la police municipale dans les rues…                                                      

« réaliser les investissements sous réserve que la Caisse des Dépôts et Consignations ou un autre établissement bancaire participe au financement ».

Comprenez : « en 2012 on réduit encore les investissements car personne ne veut nous prêter de l’argent, vu la qualité de notre projet »
Ces investissements justement, vont diminuer de plus de 11 millions par rapport à l’an passé.

Sur 21 millions d’investissements, près de 12 millions sont consacrés uniquement à Berthe !

Ce n’est pas moi qui en nierait l’utilité, puisque je suis l’initiateur de ce projet de renouvellement urbain… mais que reste t’il pour les autres quartiers ?

Le centre ville, l’ouest, le sud ?

Les habitants de ces quartiers se retrouvent uniquement financeurs par leurs impôts, mais n’ont aucun retour en terme de travaux, d’amélioration de leur qualité de vie.

Côté impôts, pas de surprises.

Votre note restera salée, et ce n’est pas le maigre effort en termes d’abattements pour les plus démunis qui fera oublier le reste.
Ce budget 2012 qui se profile pose vraiment question.

Le Débat d’Orientation Budgétaire devrait être un moment important du calendrier municipal, une expression de la démocratie participative fondée sur des éléments de diagnostic : pourtant aucun élément financier (épargne de gestion, autofinancement brut et net, encours de dette…) n’y figure, aucune perspective, aucun indicateur de résultats.

C’est un simulacre.


Etant retenu à Paris, je ne pourrai assister au conseil municipal.

Ce qui n’est pas si grave, les éléments du débat étant délibérément absents ou non produits, j’attendrai le vote du budget lui même pour exprimer l’inquiétude d’une grande majorité d’habitants qui ne voient désespérément rien venir…

Commenter cet article