"Ah, non ! c'est un peu court, jeune homme !

Publié le par ARTHUR PAECHT

 

 

 

2009-11-16T162853Z 01 APAE5AF19S800 RTROPTP 2 OFRTP-FRANCE-Les Seynois peuvent plagier Cyrano de Bergerac. Car elle s'est faite attendre, la réponse du Maire dans les colonnes de Var Matin. Entre les premières réactions de révolte des contribuables locaux et les explications du premier magistrat, trop de jours se sont écoulés, laissant la place belle - et justifiée - à la colère.

Et en guise d'explications, comme je l'avais prédit : c'est la faute de l'Etat, du Département (vous noterez que ce n'est jamais la faute de la Région) mais aussi de moi même, me reprochant de trops lourds investissements et emprunts.

En guise de remède : le Maire préconise comme seul conseil d'aller manifester sous les fenêtres du Préfet. Mais de qui se moque t'on ? Ce n'est ni une réponse aux difficultés des gens, ni un bon moyen d'y changer quelque chose. On ne règle pas tout dans la rue et dans la manif systématique.

A ce que je sache, personne n'a tenu la main levée à ceux qui ont voté cette mesure de suppression des abattements :ce sont bien les socialistes et communistes qui en ont décidé, faisant ainsi payer les erreurs de leur propre gestion (et non les miennes !) : ces quatre millions d'euros qui passent de votre porte monnaie aux caisses de la ville, ce n'est ni plus ni moins que la facture, entre autres, du parking Martini et des embauches à tout va en Mairie, dont la plus symbolique et coûteuse est celle de Patrick Martinenq !

Concernant d'ailleurs M. Martinenq, je rappelle ici à ceux qui l'ignorent qi'il est conseiller général, institution très décriée par M. Vuillemot. C'est bien la preuve que les dossiers seynois sont mal défendus si l'on ne retrouve plus dans le budget de la Ville les subventions que j'obtenais à l'époque pour notre commune. Mais M. Martinenq, devra bientôt s'expliquer sur son bilan...

J'ai par ailleurs été mis en cause par Marc Vuillemot, lequel regretterait mon vote (abstention) sur la suppression des abattements, alors que j'aurais verbalement tenu une position "pour". Oui, j'étais plutôt pour dans le fond. Non, je ne suis pas d'accord sur la forme, la brutalité de la décision, le manque de communication préalable et de pédagogie sur un sujet aussi sensible. J'aurais préféré une révision partielle (une baisse de 5 % d'abattement au lieu de 10), combinée à la poursuite de la baisse des taux d'imposition de 2 % comme je l'ai initié sur l'ensemble de mon mandat. Ainsi, ceux qui payaient déjà l'impôt en payaient un peu moins, tandis que ceux qui n'en payaient pas ou peu étaient sollicités dans une mesure plus réaliste.

Marc Vuillemot pense que la baisse des taux que j'ai proposé chaque année était démagogique. Il en a le droit. Les électeurs aujourd'hui comprennent la différence entre lui et moi : j'ai un bilan de nombreuses réalisations sans jamais avoir soulevé la colère des contribuables. Lui a torpillé tous mes projets, n'a rien proposé d'autre, ne produit rien et par sa politique fiscale s'est mis la ville à dos.

Commenter cet article